De l’objet sonore a l’espace sonore
De l’objet sonore a l’espace sonore
Interactions entre le son et l’espace chez les compositeurs et les artistes sonores de 1948 à 1984. Le milieu du XXe siècle marque un tournant dans l’histoire de la musique occidentale de part son approche spatiale du son, pensé en rapport avec l’espace qui n’est plus un cadre neutre et autonomemais une composante essentielle de l’oeuvre sonore. L’approche transgressive de John Cage etl’avènement de la musique concrète et électronique vont devenir les moteurs de l’élargissement du vocabulaire musical et un éclatement de la frontalité.

Traiter le rapport entre le son et l’espace, entre la musique et l’architecture durant le milieu du XXe siècle jusqu’aux années quatre-vingts nous amène à adopter un point de vue transversal en tirant des oeuvres issues du domaine des arts plastiques et de la musique. Les propositions de John Cage, Karl Stockhausen, Iannis Xenakis, Alvin Lucier, Bruce Nauman ou encore Luigi Nono vont nous permettre de répondre aux questions suivantes: quelles formes d’interactions sont en jeux entre le son et l’espace? Comment l’espace agit-il sur l’oeuvre et inversement ? Comment l’art sonore devient-il un art environnemental ? Quels dispositifs architecturaux et scénographiques vont répondre aux nouveaux besoins d’une musique spatiale et d’un son spatialisé?

Le son montre qu’il est capable à la fois de dessiner des espaces virtuels, de s’inscrire dans un espace architecturale, de donner une lecture de l’espace et d’en révéler ses propriétés acoustiques. L’espace devient une matière sonore, une composante essentielle du son. Des oeuvres in situ sont ainsi créées pour des lieux et des lieux sont créés pour des

Conférence avec vidéoprojection et extraits sonores. De et par Émilie Skrijelj (musicienne, scénographe). Avec traduction en allemand et en direct de Svantje De Silva.

Samedi 1. octobre 17h00

retour au programme>
à "chez Jean"